La tunisie Medicale - 2021 ; Vol 99 ( n°04 ) : 404-409
[ Vu 302 fois ]
Résumé

Résumé:
Nous vivons à l'ère des réseaux sociaux, c'est un fait inéluctable. La montée en popularité de ces plateformes a, d’une part, révolutionné la communication parmi les professionnels de la santé et d’autre part, bousculé les modèles traditionnels d’apprentissage. De nombreux pathologistes à travers le monde profitent de ces moyens de communication et en ont fait un excellent modèle de pédagogie active. Une véritable communauté virtuelle de pathologistes est très active notamment sur Twitter et Facebook pour partager et discuter des cas intéressants, rapporter des résultats innovants ou simplement communiquer autour de leur spécialité. En Tunisie, peu de pathologistes tirent profit de ces outils, certains ne les connaissent pas encore bien, d’autres sont réticents vis-à-vis de leur utilisation dans le domaine de la santé, les considérant futiles et chronophages.  En ces temps de distanciation sociale et de confinement pédagogique imposés par la pandémie du SARS-COV2, Il est plus que jamais indispensable pour les professionnels de la santé en général et pour nous pathologistes Tunisiens en particulier d’intégrer ces plateformes communautaires et de faire évoluer nos modalités d’apprentissage et d’échanges autour de notre spécialité.
Le but de cette communication était premièrement de faire un état des lieux et d’évaluer la popularité de ces plateformes en tant qu’outils d’échanges pédagogiques auprès des pathologistes Tunisiens à travers un questionnaire « d’audit ». En second lieu, nous nous sommes penchés sur les principaux réseaux sociaux utiles en anatomie pathologique en discutant leurs avantages et leurs inconvénients.

Mots Clés
Article
Espace membre
E-mail :
Mot passe :
Mémoriser Mot de passe oublié S'inscrire
Archives
2021
Janvier
Février
Mars
Avril
Mai
Juin
Juillet
Août
Septembre
Octobre
Novembre
Décembre
Mots-clés
Enfant traitement Chirurgie pronostic diagnostic Tunisie Maladie de crohn Cancer Cancer du sein dépistage Coelioscopie Immunohistochimie échographie mammographie Mortalité
Newsletter
S'inscrire pour recevoir les newsletters
E-mail :
Partagez
Rejoignez-nous !