La tunisie Medicale - 2019 ; Vol 97 ( n°04 ) : 519-524
[ Vu 398 fois ]
Résumé

Introduction : L’absentéisme des étudiants est un sujet d’intérêt pour l’enseignement universitaire et particulièrement pour les études médicales.
But : Ce travail a été mené afin d’évaluer l’importance de ce phénomène chez les étudiants du premier cycle d’études médicales à la faculté de médecine de Sousse et de déterminer les caractéristiques des étudiants qui pourraient l’influencer.
Méthodes : Il s’agit d’une étude transversale descriptive menée auprès des étudiants du premier cycle (PCEM) de la faculté de médecine de Sousse (FMS) durant le deuxième semestre de l’année universitaire 2015-2016. Les données ont été collectées au moyen d’un questionnaire auto-administré préalablement pré-testé.
Résultats : Le taux de réponse était de 80,9%. Parmi les répondants, 9,6% ont reporté n’avoir  jamais assisté aux cours magistraux. La raison principale qui justifiait cet absentéisme était l’enseignant ennuyeux. L’absentéisme était significativement associé au genre (15,7% des étudiants n’assistaient jamais versus 7,1% des étudiantes ; p=0,015), à l’année d’étude (7,4% des étudiants de la première année versus 12,1% des étudiants de la deuxième année ; p=0,0001) et à la notion de redoublement (9,1% des étudiants non redoublants versus 21,1% des redoublants ; p=0,002).
Conclusion : Différentes raisons pour s’absenter des cours ont été identifiées suggérant la complexité de cette décision. La connaissance des facteurs influençant l’absentéisme pourrait éventuellement aider les enseignants à mettre en place des stratégies innovatrices pour l’enseignement et qui réduiraient le taux d’absentéisme.

Mots Clés
Article

Introduction
Le cours magistral reste la méthode de transfert de l’information la plus prisée de la formation médicale initiale de par le monde (1). Il présente plusieurs avantages parmi lesquels établir un premier contact entre l’étudiant et l’enseignant, présenter une information régulièrement actualisée, faciliter la compréhension et la mémorisation (2), et ce en étant le moyen le plus économique pour gérer un nombre important d’étudiant (3,4).
Cependant, l’enseignement magistral est critiqué par les étudiants lui reprochant d’être  passif, chronophage, et l’accusant d’être peu formateur (2).  Comme conséquence,  plusieurs institutions universitaires se retrouvent face à la faible assiduité des étudiants  aux cours magistraux et proposent des moyens d’apprentissage alternatifs plus adaptés aux besoins des étudiants (1,5,6). Plusieurs études ont pointé les facteurs associés et les raisons justifiant l’absentéisme au cours magistral incluant le manque de motivation, le peu d’intérêt pour les sujets enseignés et les moyens techniques inadaptés (7–9). Dans ce contexte, nous avons mené ce travail dont l’objectif était d’évaluer l’ampleur de l’absentéisme aux cours magistraux chez les étudiants du premier cycle d’étude médicale (PCEM) de la faculté de médecine de Sousse (FMS), d’en identifier les raisons et d’étudier les caractéristiques des étudiants qui pourraient influencer cet absentéisme.
Méthodes
Il s’agit d’une étude transversale descriptive, menée auprès des étudiants du premier cycle de la faculté de médecine de Sousse durant le deuxième semestre de l’année universitaire 2015/2016.
La population à l’étude était l’ensemble des étudiants inscrits au Premier cycle d’études médicales (PCEM) de la FMS.  Ces étudiants ont généralement deux cours magistraux le matin et 2-3 Enseignement dirigés l’après midi. Les polycopiés sont mis à leur disposition pour la quasi totalité des cours enseignés à l’amphithéâtre.
La collecte de données a été effectuée à l’aide d’un questionnaire prétesté et auto-administré aux étudiants à la fin des séances de travaux pratiques de Biophysique (présence obligatoire). Les données recueillies se rapportaient aux caractéristiques sociodémographiques des étudiants à savoir l’âge, le genre, le niveau d’étude, les conditions de logement (foyer familial ou en colocation, distance faculté/foyer...), à la présence aux cours magistraux lors du semestre précédent, aux raisons qui justifiaient la présence ou l’absence aux cours magistraux. 
L’analyse statistique a été réalisée à l’aide du logiciel SPSS version 11.0. Le test du χ2 a été utilisé pour la comparaison des pourcentages. Dans toutes les comparaisons, le seuil de signification a été fixé à 0,05 (p<0,05).
Le consentement informé des étudiants a été systématiquement recherché et obtenu oralement dans le cadre d’un entretien avant l’administration des questionnaires.
Résultats
Parmi les 540 étudiants inscrits au PCEM, 437 étudiants ont répondu de façon complète aux questionnaires soit un taux de réponse de 80,9%. La population était à prédominance féminine (n=310, 70,9%). La moyenne d’âge des participants était de 20,5 ± 0,5 ans. Deux cent trente étudiants soit 53% étaient en première année. Seuls 4,3% des participants (n=19) refont l’année d’étude. Parmi les répondants, 9,6% ont rapporté ne jamais assister aux cours et  46,9% assistaient parfois (Tableau 1).
L’analyse univariée des caractéristiques des étudiants pouvant être associés à l’absentéisme a montré une association significative entre le genre et l’absentéisme (15,7% des étudiants n’assistaient jamais aux cours magistraux contre 7,1% des étudiantes, p=0,015). De même, nous avons relevé une association significative avec l’absentéisme pour l’année d’étude (7,4% des étudiants de la première année versus 12,1% des étudiants de la deuxième année, p=0,0001) et la notion de redoublement (9,1% des étudiants non redoublants versus 21,1% des redoublants, p=0,002). Par ailleurs, aucune association significative n’a été retrouvée pour les autres facteurs (Tableau 2). Les tableaux 3 et 4 illustrent les raisons évoqués par les étudiants justifiant leur présence ou leur absence aux cours magistraux. La moitié des étudiants (50,6%) s’accordaient à dire que l’enseignant ennuyeux était la principale cause de leur absence au cours magistral et  50,3% d’entre eux ont déclaré assister aux cours pour prendre leurs propres notes.
Discussion
Les études médicales ont pour objectif de produire un médecin avec des connaissances solides de l’organisme sain et de la pathologie, des compétences médicales adéquates et une attitude saine face aux patients et leurs familles (10). Dans la littérature, le sujet de l’absentéisme a été abordé par plusieurs auteurs notamment dans les sciences de la santé (1,5,7,10–16), le taux d’absentéisme y est variable.
Sur 1220 étudiants de la faculté de médicine de Hawassa en Ethiopie, 75% s’étaient absentés à un cours ou plus et 45% se sont absentés à plus de trois cours dans le semestre précédent l’étude (5). Une étude similaire réalisée en Arabie Saoudite (7) comprenant 450 étudiants en médecine et en sciences de la santé a retrouvé que 51,5%  des étudiants avaient moins que 10% d’heure d’absence, 34,6% entre 11 et 20% d’heure d’absence et 13,9% ont plus que 25% d’heure d’absence.
A la faculté de médecine de Sousse, 43% des étudiants du PCEM ont dit fréquenter régulièrement les cours, tandis que 9,6 % des étudiants avaient déclaré ne jamais assister au cours magistraux.
Notre étude s’est intéressée à l’influence de certaines caractéristiques sociodémographiques des étudiants sur l’absentéisme.  La distance qui sépare la faculté du lieu d’habitat, vivre seul ou avec ses parents et le moyen de transport empruntés pour venir aux cours n’avaient pas de relation significative avec l’absentéisme. Dans  la littérature, les résultats sont controversées selon les études (7,8,17,18).
Certaines caractéristiques des étudiants semblent influencer leur comportement face à  l’absentéisme. Tout d’abord, le genre, de nombreuses publications ont rapporté que le taux d’absentéisme chez les filles est moins important que chez les garçons (3,8,19). Concernant l’année d’étude, à la faculté de médecine de Hawassa (5), les chercheurs ont trouvé que l’absentéisme augmentait significativement à partir de la 2ème année. Massingham (20) également avait retrouvé dans sa série cette notion d’augmentation de l’absentéisme avec le niveau d’étude. Cela est dû probablement aux changements du comportement des étudiants en raison de l’influence des pairs, à la familiarisation avec le cursus et l’acquisition d’un style d’apprentissage. Il est donc recommandé d’intervenir en visant les plus jeunes étudiants pour assurer leur présence aux cours durant les années d’étude avancées (5). Dans notre étude, le taux de présence était significativement meilleur chez les étudiants de première année par rapport à ceux inscrits en  deuxième année. Les étudiants de première année gardent ainsi pour un certain temps les habitudes du lycée où la présence fût obligatoire.
La notion de redoublement était significativement associée à l’absentéisme dans notre série. Cette notion n’a pas été bien élucidée dans la littérature.
En rapport avec les raisons justifiant l’absentéisme ou la présence aux cours, Wadesango et  Machingambi (6) ont constaté que l'absentéisme est en augmentation parmi les étudiants de trois universités sud-africaines pour des raisons incluant: le manque d'intérêt aux sujets enseignés, les méthodes d’enseignement obsolètes des conférenciers, l'environnement d'apprentissage défavorable et le travail à temps partiel pour augmenter leur revenu.
Dhaliwal (10) a également relevé d’autres  raisons telles que l’état de santé, l'engagement familial, le professeur et/ou le sujet ennuyeux, ou la période de cours.  Dashputra et al (14) dans une étude publiée en 2015 conduite dans une faculté de médecine Indienne ont trouvé que la majorité des étudiants s’accordent que la raison qui justifie le plus l’absence aux cours était la préparation des examens. Cette absence pourrait être expliquée par la nécessité d’accorder plus de temps à la préparation des examens (21). D’autant plus, que les étudiants ont la fâcheuse manie de laisser accumuler les cours au point d’être obligés de parcourir des semaines  en quelques jours (14). D’ailleurs dans notre série la deuxième raison justifiant l’absence est la quantité très importante de cours à étudier. Desalegn et al (5) ont également trouvé que les principales causes d’absentéisme chez les étudiants en médecine interrogés étaient la préparation d’examen, les horaires inconvénients des cours magistraux, le manque d’intérêt pour le sujet enseigné et les méthodes d’enseignement passifs de l’enseignant.
Bati et al (3) ont mené une étude sur 663 étudiants en médecine et science de la santé pour évaluer les raisons d’absence aux cours magistraux. Il a rapporté que les raisons étaient les réveils difficiles, la maladie, et les cours non intéressants. D’un autre côté, les raisons qui incitaient les étudiants à assister étaient la possibilité de poser des questions, de prendre leurs propres notes, et de relever les points importants de chaque cours. Westrick et al (17) dans une étude menée à la faculté de pharmacie d’Harisson ont rapportés également que les deux raisons majeurs pour être présents aux cours étaient la prise de note et l’identification des concepts clés par le professeur. Tandis que les raisons de l’absentéisme étaient la maladie, la révision d’un examen et la disponibilité des cours permettant de travailler individuellement.
Dans notre série, la raison majeure annoncée par les étudiants est l’enseignant non intéressant. Cet avis est partagé par nombreuses études à des degrés variables mais figurant toujours parmi les raisons principales de l’absentéisme (1,5–7,14). Les enfants grandissent sous la protection de leurs parents et leurs enseignants à l’école. A la faculté, ce rapport privilégié avec les enseignants n’est pas retrouvé notamment dans les amphithéâtres. Les étudiants sont livrés à eux même. Alors qu’ils pensaient que l’enseignant doit assurer le dynamisme du cours et l’interactivité avec les apprenants (14). Ils s’absentent alors lorsque l’enseignant est ennuyeux, utilisant des moyens pédagogiques obsolètes (1).
Afin de réduire ce phénomène d’absentéisme, certaines mesures pourraient être adoptées par les enseignants, d’abord en suivant des formations pédagogiques continues qui permettraient de changer leur orientation d’un cours magistral traditionnel à un cours interactif et innovateur. Ils devraient avoir recours à des animations, des enregistrements audio-visuels, des graphiques, des quizz pour attirer la curiosité des étudiants et les motiver pour étudier le sujet traité. Cette recommandation encore d’actualité a été suggéré par  Gagné (22). Il est souhaitable également de privilégier l’apprentissage par petits groupes, avec des ressources mises à la disposition des étudiants auparavant (Flipped classroom).
D’autres facteurs ont été retrouvés dans la littérature, la qualité des cours comme perçue par l’étudiant a été évoquée comme un facteur significatif de l’absentéisme dans plusieurs études (18–20). La facilité à comprendre seul les cours sans une aide extérieure a été aussi un facteur significatif rapporté dans la littérature (5). L’accessibilité des cours sous forme de diaporama  partagés en lignes, vidéo, cours enregistrés contribuent également à l’absentéisme (3,20,23) ainsi que le manque d’intérêt pour le sujet enseigné (18,24).
 
Conclusion
L’absentéisme des étudiants est un souci majeur pour l’enseignement universitaire. La présente étude réalisée à la faculté de médecine de Sousse a fait ressortir plusieurs facteurs contribuant à ce phénomène, ce qui nous laisse conclure que la décision d’assister ou pas à un cours est assez complexe. Le rôle de l’enseignant semble primordial dans cette décision : s’engager dans des pratiques pédagogiques modernes où l’apprenant est au centre de l’apprentissage et où l’enseignant définit avec l’apprenant les concepts clés à retenir. Favoriser l’interaction avec l’apprenant et lui donner un feed back sur sa performance pourraient faire réduire ce phénomène d’absentéisme. Notre étude a permis d’explorer le phénomène de l’absentéisme de façon exclusivement déclarative et nécessiterait d’être complétée par une autre étude en dénombrant réellement les présences pour confirmer la réelle tendance de l’absentéisme.


Conflit d’intérêts : Aucun
Remerciements
Nous tenons à remercier les étudiants de PCEM de la FMS ayant accepté de participer à la présente étude, qui sans eux cette étude n’aurait pas pu être réalisée.

Tableau 1 : Caractéristiques des étudiants de PCEM de la Faculté de Médecine de Sousse (2015-2016) et fréquence de l’absentéisme

Tableau 2: Facteurs associés à l'absentéisme chez les étudiants de PCEM de la Faculté de Médecine de Sousse (2015-2016)


Tableau 3 : Les raisons justifiant la présence aux cours magistraux chez les étudiants de PCEM de la Faculté de Médecine de Sousse (2015-2016)


Tableau 4: Les raisons justifiant  l’absentéisme aux cours magistraux chez les étudiants de PCEM de la Faculté de Médecine de Sousse (2015-2016)

 

Références
  1. Hafeez K, Khan ML-Z, Jawaid M, Haroon S. Low attendance in lectures at medical colleges of Karachi–A cross sectional survey. J Postgrad Med Inst. 2016;28:161-4.
  2. Cottin V, Mornex J-F, Cordier J-F. Enseignement magistral : Intérêt potentiel de son intégration aux stages hospitaliers et de la réalisation de contrôles de connaissance impromptus. Pédagogie Médicale. 2002;3:97–100.
  3. Bati AH, Mandiracioglu A, Orgun F, Govsa F. Why do students miss lectures? A study of lecture attendance amongst students of health science. Nurse Educ Today. 2013;33:596–601.
  4. Cantillon P. Teaching large groups. BMJ.2003;326:437.
  5. Desalegn AA, Berhan A, Berhan Y. Absenteeism among medical and health science undergraduate students at Hawassa University, Ethiopia. BMC Med Educ. 2014;14:1.
  6. Wadesango N, Machingambi S. Causes and structural effects of student absenteeism: a case study of three South African Universities. J Soc Sci. 2011;26:89–97.
  7. Alghamdi A, Yamani A, Khalil A, Albarkati B, Alrehili O, Salih M. Prevalence, Causes and Impacts of Absenteeism among Medical Students at UQU. Education. 2016;6:9–12.
  8. Longhurst RJ. Why Aren’t They Here? Student absenteeism in a further education college. J Furth High Educ. 1999;23:61–80
  9. Kottasz R, others. Reasons for student non-attendance at lectures and tutorials: An analysis. Investig Univ Teach Learn. 2005;2:5–16.
  10. Dhaliwal U. Absenteeism and under-achievement in final year medical students. Natl Med J India. 2003;16:34–36.
  11. Hidayat L, Vansal S, Kim E, Sullivan M, Salbu R. Pharmacy student absenteeism and academic performance. Am J Pharm Educ. 2012;76:8.
  12. Subramaniam B, Komattil R, Hande S. Attendance and achievement in medicine: Investigating the impact of attendance policies on academic performance of medical students. Ann Med Health Sci Res. 2013;3:202.
  13. Khan HU, Khattak AM, Mahsud IU, Munir A, Ali S, Khan MH, Saleem M, Shah SH. Impact of class attendance upon examination results of students in basic medical sciences. J Ayub Med Coll Abbottabad. 2003;15:56–8.
  14. Dashputra A, Kulkarni M, Chari S, Date A. Medical students’ absenteeism in class: reasons and remedies. J Educ Res Stud. 2015;3:24–9.
  15. Martin SI, Way DP, Verbeck N, Nagel R, Davis JA, Vandre DD. The Impact of Lecture Attendance and Other Variables on How Medical Students Evaluate Faculty in a Preclinical Program: Acad Med. 2013;88:972–7.
  16. Deane RP, Murphy DJ. Student Attendance and Academic Performance in Undergraduate Obstetrics/Gynecology Clinical Rotations. JAMA. 2013;310:2282.
  17. Westrick SC, Helms KL, McDonough SK, Breland ML. Factors Influencing Pharmacy Students’ Attendance Decisions in Large Lectures. Am J Pharm Educ . 2009;73:83.
  18. Stephen Devadoss, John Foltz,. Evaluation of Factors Influencing Student Class Attendance and Performance. Am J Agr E con. 1996;78:499–507.
  19. Gump SE. Guess who’s (not) coming to class: Student’s attitudes as indicators of attendance. Educational Studies. 2006;32:39–46.
  20. Massingham P, Herrington T. Does attendance matter? An examination of student attitudes, participation, performance and attendance. J Univ Teach Learn Pract. 2006;3:3.
  21. Abdulaziz A, BinSaeed, Metib S. al-Otaibi, Hassan G. al-Ziyadi et al. Association Between Student Absenteeism at a Medical College and Their Academic Grades. Med Sci Educ 2009;19:55–9.
  22. Gagné RM, Briggs LJ, Wager WW. Principles of instructional design. 4th ed. Fort Worth: Harcourt Brace Jovanovich College Publishers; 1992. 365 p.
  23. Fernandes L, Maley M, Cruickshank C. The impact of online lecture recording on learning outcomes in pharmacology. Med Sci Educ. 2008;18:62–70.
  24. Moore S, Armstrong C, Pearson J. Lecture absenteeism among students in higher education: a valuable route to understanding student motivation. J High Educ Policy Manag. 2008;30:15–24.
Espace membre
E-mail :
Mot passe :
Mémoriser Mot de passe oublié S'inscrire
Archives
2019
Janvier
Février
Mars
Avril
Mai
Juin
Juillet
Août
Septembre
Octobre
Novembre
Décembre
Mots-clés
Enfant traitement pronostic Chirurgie diagnostic Tunisie Maladie de crohn dépistage Cancer du sein Cancer Coelioscopie Immunohistochimie mammographie prévention Ostéoporose
Newsletter
S'inscrire pour recevoir les newsletters
E-mail :
Partagez
Rejoignez-nous !