La tunisie Medicale - 2019 ; Vol 97 ( n°01 ) : 93 - 99
[ 1116 times seen ]
Summary

Docimology has allowed the development of evaluative processes assuring valid, reliable and objective assessments. It was adopted within the faculty of Medicine of Tunis since  2007.
The aim of this study was to analyze the docimological survey results of hematology-oncology exams, to evaluate the interest of this analysis in the elaboration of exams and the construction of an item bank, and propose some corrections  in order to improve assessment.    
Methods :We have analyzed the hematology-oncology exams of SCMS1 (Second cycle of Medical Studies 1) from educational year 2008-2009 to 2013-2014. The data input was already done with Excel. The test includes 4 disciplines (Hematology, Oncology, Genetics and the Anatomic Pathology). We have calculated docimological parameters allowing global analysis, by discipline and by item.
Results : A total of 3281 papers and 1004 questions were analyzed. The average success rate per year was 91,54% ± 7,12. The highest average success rate was found in hematology (80,51% ± 10,18). The lowest rate was found in the anatomic pathology (51,61% ± 23,76). The average rate of students succeeding the test without having average note in hematology was 5,36%. It was 42,29% in the anatomic pathology. Average difficulty index was 0,57 ± 0,05. Items analysis showed that 38,04% were easy and 19,02% were difficult. Average discrimination index was 0,25 ± 0,02. Discrimination was very good in 20,51% of items and good in 17,13%. Useless and bad discrimination items were about 40,53%. The average of Cronbach Alpha coefficient was 0,84 ± 0,03, showing a good internal-consistency.
Conclusion :This study allowed an objective evaluation of “contributive disciplines“ in multidisciplinary evaluation and showed the interest of integrating questions. Question analysis with teachers would be important to reevaluate and improve these items.  
 

Key - Words
Article

Introduction
La docimologie a été fondée au début des années 1920 par deux scientifiques français, Henri Piéron et Henri Laugier (1). Ils ont réalisé, en 1922, les premières études selon les méthodes objectives de la science expérimentale (2). La docimologie ou « science des examens » a pour objectif d’étudier l’examen dans toutes ses dimensions et d’en juger la qualité (3,4). Elle a permis de cerner les biais liés à l’évaluation, et de publier des recommandations et des « guidelines » suivis au sein des plus grandes universités (5-7).
La docimologie a été introduite à la Faculté de Médecine de Tunis depuis 2007, par la mise en place d’un processus de vérification des notes et d’évaluation des épreuves  par l’analyse docimologique.
L’objectif de ce travail était de rapporter la démarche docimologique adoptée à la FMT en prenant comme exemple l’épreuve d’hématologie oncologie enseignée en première année du deuxième cycle des études médicales (DCEM1)  à la Faculté de Médecine de Tunis et d’en dégager les points forts et les points faibles.

Méthodes
Il s’agit d’une étude descriptive rétrospective. Elle a consisté en une analyse docimologique deconcerné toutes les épreuves d’hématologie-oncologie des trois sessions sur une période de 6 années universitaires, de 2008-2009 à 2013-2014.
Présentation de l’épreuve
Le module Hématologie-Oncologie est  enseigné en DCEM1. Il évalue 4 disciplines dont la  notation était  connue par l’étudiant. L’hématologie est notée sur 15 points, elle compte 45 questions.  L’oncologie est notée sur 5 points. La génétique humaine (3 questions) est notée sur 3 points. L’anatomie pathologique (4 questions) est notée sur 2 points.

Saisie des notes et vérification :
Après correction et calcul manuel des moyennes. Toutes les notes ont été saisies sur Excel® avant la levée d’anonymat. Les totaux et sous totaux de chaque discipline ont été calculés ainsi que le total de l’épreuve et la moyenne générale. Les erreurs de saisie et les erreurs du total manuel ont été vérifiées.

Analyse docimologique
Analyse globale : Dans cette étape ont été analysés les taux de réussite, les moyennes maximales et minimales.
Analyse par discipline : Nous avons comparé le taux de réussite à l’épreuve et le taux des étudiants ayant réussi l’épreuve sans réussir la discipline.
Analyse par item : Nous avons calculé pour chaque item :
- Pourcentage des questions notées zéro : Nous nous sommes intéressés aux questions dont le pourcentage de zéro était supérieur ou égal à 30% (8).
- Pourcentage des questions avec la note maximale
Nous nous sommes intéressés aux questions dont le pourcentage était supérieur ou égal à 80% (8).
- Indice de difficulté : C’est le pourcentage de réussite par question. Il définit la difficulté de la question. Il est représenté par le symbole ρ, il est calculé par la formule :

L’indice de difficulté peut prendre des valeurs allant de 0 à 1.

L’indice de difficulté est interprété de la manière suivante (8):

·  [0 - 0,3[ à question difficile

·  [0,3 - 0,7[ à question à difficulté acceptable

·  [0,7 - 1]à question facile

 

Nous calculons l’indice de difficulté moyen, par session et par discipline.
- Indice de  discrimination : Il correspond à la capacité de l’item à départager les « forts » des « faibles ». Il correspond à la différence  entre l’indice de difficulté d’un item pour le groupe dit « fort » : ρ + (30% premiers selon la moyenne générale) et l’indice de difficulté pour le groupe dit « faible » : ρ- (30% derniers).
D = (ρ+) – (ρ-)
L’indice de discrimination varie de -1 à 1. Il est interprété selon Ebel (8) : Nous avons calculé l’indice de discrimination pour chaque item. L’indice de discrimination par discipline n’a été appliqué qu’à l’hématologie, les autres disciplines ayant un faible nombre de questions.
L’indice de discrimination global correspond à la moyenne des indices par items :

 

Evaluation de l’ensemble de l’épreuve : Coefficient Alpha de Cronbach
Il est appelé encore indice de fidélité ou de fiabilité. Il  permet d'évaluer l'homogénéité interne de l’épreuve. Le coefficient alpha se calcule en appliquant la formule suivante :

Il varie de 0 à 1. Dans la pratique, on considère généralement que l'homogénéité de l'instrument est satisfaisante lorsque la valeur du coefficient est au moins égale à 0,8 (8).
Interprétation des valeurs du coefficient de Cronbach selon Goerge et Mallery (9):

 

-     [1 - 0,90] : Excellent

-    ]0,9 - 0,8] :  bon

-     ]0,8 - 0,7] : acceptable.

-      <0,7 :  non acceptable

 

Ensuite nous avons calculé l’alpha global comme suit :

 

Analyse statistique
Les résultats ont été exprimés en pourcentage et en moyenne ± écart type (minimum - maximum). Pour l’étude descriptive, les fréquences simples ont été calculées pour les variables qualitatives et les moyennes. Les écarts types ont été calculés pour les variables quantitatives. Pour l’étude analytique, la comparaison des moyennes a été effectuée au moyen du test T de STUDENT. La comparaison des pourcentages sur séries indépendantes a été effectuée par le test Chi-deux de Pearson. Le seuil de signification de p a été fixé à 0,05.

RESULTATS
Analyse globale
- Données générales
Durant la période d’étude nous avons analysé : 3281 copies, 1004 questions et 193579 données
- Taux de réussite
Le taux moyen de réussite par an était de 91,54% ± 7,12 (80,97% - 96,77%). Le taux moyen de réussite par session était 72,90% ± 15,26 (42,17% - 95,78%).
Les moyennes maximales et minimales par session sont représentées dans le tableau 1

Analyse par discipline
Les taux de réussite les plus élevés ont concerné l’hématologie : 80.5% pour les sessions principales et 74.4% pour les sessions de rattrapage. Les taux de réussite les moins élevés ont concerné l’anatomo-pathologie. Les taux de réussite selon les disciplines ainsi que les taux d’étudiants qui ont réussi l’épreuve sans avoir réussi la discipline sont représentés dans le tableau 2.

Analyse par item
Questions notées zéro : Le taux des questions avec 30% ou plus de zéro, était de 45.32%. Ce taux de question avec au moins 30% de zéro selon les disciplines est représenté dans le tableau 3.
   
Questions avec la note  maximale : Le taux des questions avec 80% ou plus de notes maximales, était de 18,76% ± 6,54 (9,83% - 33,33%). Ce taux selon les disciplines est représenté dans le tableau 4.

Indice de difficulté :
- L’indice moyen de difficulté par session était de 0,57 ± 0,05 (0,5 – 0,68).
- La comparaison des indices moyens de difficulté entre les différentes sessions n’a pas montré de différence significative.
- Selon  la difficulté, les questions étaient faciles dans 38.04%, difficiles dans 19,04% des cas et de difficulté acceptable dans 42.92% des cas. L’étude statistique n’a pas montré de différence statistique entre les disciplines selon les indices de difficulté.

Indice de discrimination : L’indice moyen de discrimination était de 0,25 ± 0,02 (0,21 – 0,31) pour l’ensemble des épreuves, et de 0,26 ± 0,03 (0,22 – 0,33) pour la discipline d’hématologie. Une seule épreuve avait une bonne discrimination. La répartition des questions selon leur discrimination est représentée dans le tableau 5.

Coefficient Alpha de Cronbach : Le coefficient Alpha de Cronbach moyen était de 0,84 ± 0,03 (0,77 – 0,88), correspondant à une bonne homogénéité interne.
Parmi les 17 sessions, deux avaient une homogénéité interne acceptable. Les autres sessions avaient une bonne homogénéité.
Nous n’avons pas relevé de variabilité entre les différentes sessions.

Discussion
Dans cette étude nous avons effectué une analyse docimologique d’une épreuve multidisciplinaire, l’hématologie oncologie. L’objectif  était d’effectuer une évaluation globale par discipline et par item pour une étude objective de l’épreuve. Le taux moyen de réussite annuel était élevé. L’indice moyen de difficulté par session était de 0,57. L’indice moyen de discrimination était de 0,25. Le coefficient Alpha de Cronbach moyen était bon. Les résultats ont montré que les disciplines contributives et particulièrement l’anatomopathologie seraient négligées par les étudiants avec des taux élevés d’étudiants qui réussissent le module sans réussir la discipline.
 Analyse docimologique globale
A notre connaissance, il n’y a pas eu d’études docimologiques portant sur des épreuves d’hématologie oncologie. L’analyse globale a été faite comparativement à des études concernant des épreuves de sciences médicales (10,11). Les données de la littérature montrent une hétérogénéité des taux de réussite (11-13). 
Analyse par discipline
Le taux de réussite de l’épreuve suivait sensiblement celui de l’hématologie. Ceci est lié au poids important de l’hématologie par rapport aux autres disciplines avec un  désistement volontaire s’investir dans la préparation des disciplines à « faible » notation.
En plus de la faible pondération de l’anatomie pathologique il y aurait eu un désintérêt par rapport à la discipline. Une étude faite à la faculté de médecine d’Amiens, avait  montré que 89% des étudiants estimaient leurs connaissances en anatomie pathologique insuffisantes, 53 % jugeant la formation théorique médiocre. Pourtant, 85% des étudiants trouvaient utiles les travaux pratiques d’anatomie pathologique et 93% reconnaissaient que l’anatomie pathologique jouait un rôle majeur dans la médecine moderne. Seuls  38% estimaient qu’il s’agissait d’une discipline intéressante (14). Une autre étude a montré que cette spécialité ne paraîssait pas beaucoup intéresser les jeunes étudiants (15).
Nos résultats ainsi que la revue de la littérature, soulèvent la problématique de l’enseignement des disciplines « contributives », leur évaluation de se heurte à un désintérêt puisque les étudiants réussissent bien l’épreuve sans réussir ces disciplines. La spécificité de ces disciplines impose une réflexion approfondie au sein des comités en charge. C’est là tout l’intérêt de l’intégration des questions. L’épreuve, n’évaluant pas chaque discipline à part, elle propose un problème dont la résolution nécessite la maitrise des différents volets de ces disciplines. Ceci aurait l’avantage d’éviter à l’étudiant de préparer une discipline selon sa pondération dans l’épreuve. Ceci permettra une meilleure évaluation et une meilleure formation. En effet, l’évaluation de ces disciplines « contributives » est aujourd’hui biaisée par le manque de préparation. La moyenne obtenue ne reflète pas la qualité de l’enseignement ni le niveau de connaissances. 
Ces données soulèvent, aussi, le problème du niveau de connaissances de nos médecins qui parviennent à réussir leurs études sans acquérir un minimum de connaissance dans des disciplines comme l’anatomie pathologique ou la génétique humaine.
Cette réflexion devrait concerner tous les enseignements avec des « disciplines contributives ».

Analyse par item
Le taux de questions notées zéro a été globalement de 45,32%.
Une question notée zéro pour une proportion importante des étudiants pourrait être liée à plusieurs facteurs dont la difficulté réelle, l’ambiguité ou l’omission faute de temps. Notre étude devrait être complétée par une évaluation de la formulation des questions elles-mêmes.
Le Taux des questions ayant eu la note maximale renseigne sur les questions où 80% au moins des étudiants, ont eu la note maximale. Il s’agit donc d’un indicateur de maitrise des questions.
L’obtention de la note maximale pourrait être expliquée par plusieurs hypothèses, dont on citera essentiellement : question facile, question précédemment parue dans les annales, objectif d’enseignement atteint.
L’interprétation de ce taux seul n’est pas assez informative. Elle doit être couplée à d’autres indices telle la difficulté ou la discrimination. En effet, ce taux ne reflète pas la qualité des étudiants ayant répondu à la question : s’agit-il des forts ou des faibles ? Discrimine-t-elle ou pas ces deux groupes ? 
Indice de difficulté
Notre étude a montré que les items de difficulté acceptable. Ces proportions s’accordaient avec les recommandations de l’Université de Lausanne qui stipulent qu’un bon équilibre comprend 40% d’items faciles auxquelles tous les étudiants peuvent répondre, 50% d’items qui exigent raisonnement et réflexion et 10% d’items complexes auxquelles seuls les meilleurs étudiants peuvent répondre (16).
Un indice de difficulté qui tend vers 1 pourrait être expliqué par plusieurs facteurs dont : l’objectif pédagogique est atteint, question réellement facile ou question parue dans les annales de préparation (17). L’intervention de ce facteur serait minime lors de la préparation de l’épreuve. Cependant un « épuisement » des questions peut être observé avec le temps.
Cet indice tend au contraire vers zéro dans plusieurs situations. La difficulté peut être liée à l’enseignement lui-même, à la formulation de la question (question réellement difficile ou ambigüe) ou suite  un problème lié à la correction. La non-réponse (taux du non répondant par item) n’a pas été évaluée dans notre étude,  vu que les « non-réponses » ne sont pas analysées. En effet le zéro peut correspondre à une question avec une réponse erronée ou à une « non-réponse ». La saisie des « non-réponses » pourrait améliorer l’évaluation de ce facteur. En effet une non-réponse peut simplement être liée au facteur temps.
Indice de discrimination
Le caractère discriminatif est défini par la capacité de l’item, à départager les « forts » des « faibles » par rapport à la note générale de l’épreuve.
Les épreuves étaient moyennement discriminantes. Au niveau disciplinaire, seule l’hématologie a été analysée. En effet, le calcul de l’indice de discrimination doit se faire à partir d’un nombre suffisant d’items (30 ou plus). Lorsque le nombre d’items est restreint, l’indice de discrimination est artificiellement surestimé du fait que chaque item compte pour une proportion importante du total (8,18). Dans notre étude seule l’hématologie répondait à ce critère. Son indice de discrimination était de 0,26 ± 0,03, ce qui est sensiblement similaire à l’indice global.
La discrimination n’est pas un objectif dans ce type d’épreuve. Elle trouve sont intérêt plutôt dans les concours.
Homogénéité interne - Coefficient Alpha de Cronbach
La fiabilité, ou fidélité d'une épreuve, désigne sa capacité à mener à des résultats similaires d'une évaluation à une autre. C’est l’un des trois critères majeurs dans la littérature docimologique désignant une épreuve de qualité. En effet, la fidélité des résultats est essentielle pour atteindre la validité. Sans fidélité, les résultats ne peuvent être ni pertinents, ni utiles (8).
Créé par Lee Cronbach en 1951, cet indice statistique est la mesure de fidélité la plus utilisée dans la littérature docimologique (19-21). Le coefficient alpha de Cronbach varie de 0 à 1. Plusieurs niveaux de fidélité recommandée ont été proposés selon le champ d’application.  Le test est généralement considéré satisfaisant ou acceptable dès lors que le coefficient alpha de Cronbach atteint 0,7 (19, 20, 21). La valeur de ce coefficient dépend à la fois de l’homogénéité des items (appréciée à partir de leurs inter-corrélations) et de leur nombre (17).
Dans notre étude, le coefficient Alpha de Cronbach moyen, relatif à toutes les épreuves étudiées était de 0.84 témoignant d’une bonne homogénéité d’une façon globale.
Perspectives et Recommandations
Notre étude a permis de dégager certaines directives, visant à pallier les insuffisances de l’évaluation, et à consolider ses points forts.
    Réviser la forme et la présentation de l’épreuve
    Valider des questions
    Etudier les proportions des items selon la difficulté et la discrimination
    Adapter des épreuves au temps imparti
    Intégrer les questions au niveau des épreuves avec disciplines contributives.
    Constituer une banque d’items.
Conclusions
Notre étude a permis d’évaluer objectivement la place des disciplines dites contributives dans l’évaluation multidisciplinaire et de montrer l’intérêt de l’intégration des questions permettant une meilleure évaluation. L’analyse des questions de cette épreuve en concertation avec les enseignants permettrait une interprétation plus approfondie de ces résultats.

Conflits d’intérêts
Nous ne déclarons aucun conflit d’intérêt.

 Tableau 1: Les moyennes maximales, minimales et la moyenne des moyennes par session

 

 

Année universitaire

 

Session

2008-2009

2009-2010

2010-2011

2011-2012

2012-2013

2013-2014

Note Maximale (/20)

Janvier

16.20

16.93

ND

16.46

17.86

16.87

Mai/Juin

18.00

18.73

17.13

18.47

17.47

18.20

Juillet

15.33

14.73

16.47

18.60

13.53

15.53

 

 

 

 

 

 

 

 

Note minimale  (/20)

Janvier

2.50

4.40

ND

2.60

1.06

2.67

Mai/Juin

5.26

4.33

4.53

1.93

4.20

1.47

Juillet

4.67

3.33

4.87

5.93

3.60

2.00

 

 

 

 

 

 

 

 

Moyenne des moyennes (/20)

Janvier

12,06

10,81

ND

10,06

12,52

10,56

Mai/Juin

12,01

13,44

11,66

11,49

12,10

10,52

Juillet

10,32

11,00

11,81

13,05

9,50

10,01


Tableau 2 : Taux de réussite par discipline

Discipline

 

Session principale

 

Session de rattrapage

 

 

Taux de réussite de  l’épreuve sans réussir la discipline

 

Hématologie

Moyenne %

Extrêmes %

 

80,51 ± 10,18

(65,54 – 94,92)

 

74,40 ± 14,81

(50,77 - 93,97)

 

5,36 ± 8,20

(0 -29,55)

Oncologie

Moyenne %

Extrêmes %

 

68,08 ± 26,31

(16,13 – 95,34)

 

65,47 ± 33,58

(9,64 - 96,39)

 

24,99 ± 26,28

(1,93 -80)

Anatomopathologie

Moyenne %

Extrêmes %

 

51,61 ± 23,76

(20,22 – 88,31)

 

44,70 ± 14,98

(19,9 - 60,47)

 

42,29 ± 20,91

(3,21 -69,04)

Génétique

Moyenne %

Extrêmes %

 

61,55 ± 17,07

(36,60 – 90,64)

 

60,07 ± 20,60

(25,3 - 86,05)

 

27,17 ± 14,02

(3,2 -60)


Tableau 3 : Taux de questions avec 30% ou plus de zéro par discipline

 

Taux de zéro ≥ 30%

Hématologie 

45,33

Oncologie

35,39

Génétique

44,44

Anatomie pathologique

62,68

Globalement

45,32


Tableau 4 : Taux de questions avec au moins 80% de note maximale par discipline

Taux de questions ayant eu la note maximale ≥80%

Hématologie

22,86

Oncologie

4,42

Génétique

9,52

Anatomie pathologique

2,98

Globalement

18,76


Tableau 5 : Répartition des questions selon l’indice de discrimination

 

Répartition des questions selon leur indice de discrimination

Discrimination

Hématologie

Toutes disciplines confondues

Très bonne (%)

21,81

20,51

Bonne (%)

19,71

17,13

Moyenne (%)

23,25

21,81

Mauvaise (%)

21,68

24,90

Sans utilité (%)

13,53

15,63

 

 

Reference
  1. Martin J. Aux origines de la « science des examens » (1920-1940). Histoire de l’éducation. 2002;94:177-99.
  2. Valin E. La valeur des examens : Etude docimologique réalisée au Liban. Paris: UNESCO; 1961.
  3. Leclercq D, Nicaise J, Demeuse M. Docimologie critique: Des difficultés de noter des copies et d’attribuer des notes aux élèves. In : Demeuse M, dir. Introduction aux théories et aux méthodes de la mesure en sciences psychologiques et en sciences de l’éducation. Liège: Les Editions de l’Université de Liège; 2004. p. 273-92.
  4. Gonzalez-Cabezas C, Anderson OS, Wright MC, Fontana M. Association Between Dental Student-Developed Exam Questions and Learning at Higher Cognitive Levels. J Dent Educ. 2015;79(11):1295‑304.
  5. Jozefowicz RF, Koeppen BM, Case S, Galbraith R, Swanson D, Glew RH. The quality of in-house medical school examinations. Acad Med. 2002;77(2):156-61.
  6. Steinert Y, Nasmith L, McLeod PJ, Conochie L. A teaching scholars program to develop leaders in medical education. Acad Med. 2003;78(2):142-9.
  7. Armstrong EG, Doyle J, Bennett NL. Transformative professional development of physicians as educators: assessment of a model. Acad Med. 2003;78(7):702-8.
  8. Laveault D, Grégoire J. Introduction aux théories des tests. 3ème édition.Bruxelles: De Boeck Supérieur; 2014.
  9. George D, Mallery P. (2003). SPSS for Windows step by step: A simple guide and reference11.0 update. 4ème édition. Boston: Allyn & Bacon; 2003.
  10. George S, Haque MS, OyebodeF.Standard setting: comparison of two methods.BMC Med Educ. 2006;6:46.
  11. Caulfield M, Redden Geoffrey, Sondheimer H. Graduation Rates andAttrition Factors for U.S. Medical School Students. Anal Brief AAMC. 2014;14(5):1-2.
  12. Lefebvre O. Note d’information : Réussite et échec en premier cycle [En ligne]. Ministère de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche, 21/11/2013 [Mise à jour le 10/04/2015 ; cité le 20/12/2015] ; [environ 7 écrans]. Disponible à l’URL :http://cache.media.enseignementsup-recherche.gouv.fr/file/2013/44/7/NI_MESR_13_10_283447.pdf
  13. Arlet JB, Ranque B, Seidowski A, Passeron A, Dupeux S, Foïs E, et al. Les étudiants en médecine savent-ils répondre à des questions faciles aux examens ?.Rev Med Interne. 2014;35(2):74‑5.
  14. Chatelain D, Charfi S, Cordonnier C, Leclercq F, Sevestre H. Étudiants en médecine et enseignement de l’anatomie pathologique : résultats d’une enquête amiénoise.ANN PATHOL. 2009;29(3):173‑9.
  15. Compérat EM. Mémoire Enseignement de l’Anatomie et Cytologie Pathologique en Autriche et en France. Service d’Anatomie et Cytologie Pathologique Hôpital La Pitié Salpêtrière Université Pierre et Marie Curie Paris VI [Cité le 15/12/2015] ; [environ 18 écrans]. Disponible à l’URL : http://www.edu.upmc.fr/medecine/pedagogie/memoire/memoire%20Dr%20Compera.pdf
  16. HATIVA N. Teaching for Effective Learning in Higher Education. Dordrecht: Kluwer Academic; 2000.
  17. Albanese M, Case SM. Progress testing: critical analysis and suggested practices. Adv Health SciEduc Theory Pract. 2016;21(1):221-34.
  18. Demeuse M, Henry G. L’analyse classique d’items. In : Demeuse M, dir. Introduction aux théories et aux méthodes de la mesure en sciences psychologiques et en sciences de l’éducation. Liège: Les Editions de l’Université de Liège; 2004. P.173-86.
  19. Peterson RA. Une méta-analyse du coefficient alpha de Cronbach. Recherche et Applications en Marketing. 1995;10(2):75-88.
  20. Rodriguez MC, Maeda Y. Meta-analysis of coefficient alpha. Psychol Methods. 2006;11(3):306-22.
  21. Laveault D. Soixante ans de bons et mauvais usages du alpha de Cronbach.MEE. 2012;35(2):1-7.
Login
E-mail :
Password :
Remember Me Forgot password? Sign UP
Archives
2019
January
February
March
April
May
June
July
August
September
October
November
December
Keywords most used
Child treatment diagnosis surgery prognosis Tunisia Children Crohn’s disease Breast cancer screening Cancer epidemiology Ulcerative colitis tuberculosis Risk factors
Newsletter
Sign up to receive our newsletter
E-mail :
Stay in Touch
Join Us! !