La tunisie Medicale - 2019 ; Vol 97 ( n°010 ) : 1177-1186
[ Vu 226 fois ]
Résumé

Introduction : les impacts du jeûne du Ramadan sur l’anticoagulation par les antivitamines K ont été étudiés sur des nombres limités de patients avec des résultats controversés.

L’objectif de cette étude a été de comparer les fluctuations de l’anticoagulation au long cours par l’Acenocoumarol entre les patients jeûneurs et non jeûneurs du Ramadan mais aussi d’identifier les facteurs associés à de telles fluctuations.

Méthodes : Il s’agissait d’une étude comparative qui a été menée entre mai et août 2018. L’étude a comporté trois périodes : Pré-Ramadan (Pré-R), Ramadan (R) et post-Ramadan (Post-R). Les critères d’inclusion ont été les suivants : patients ambulatoires âgés de plus de 18 ans, un «international normalized ratio» (INR) à la cible aux trois mois Pré-R et l’absence de contre-indications médicales au jeûne (pour le groupe des jeûneurs). Le suivi de l’anticoagulation a été assuré par cinq dosages successifs de l’INR : INR0 (14 jours pré-R), INR1 (entre le 1er et le 14ème jours du R), INR2 (entre le 15ème et 28ème jours du R), INR3 (28 jours après INR2) et INR4 (28 jours après INR3). L’équilibre INR a été évalué par
les quatre pourcentages de temps dans l’intervalle thérapeutique (TIT) : TIT0 (entre INR0 et INR1), TIT1 (entre INR1 et INR2), TIT2 (entre INR2 et INR3) et TIT3 (entre INR3 et INR4). L’hypothèse nulle a été la survenue d’une instabilité de l’anticoagulation (jugée sur les valeurs du TIT) chez les jeûneurs comparativement aux non-jeûneurs.

Résultats : Cent vingt-deux patients (84 jeûneurs) âgés de 60 ± 19 ans ont été inclus. Chez les jeûneurs, les moyennes des différences des INR1, 2, 3 et 4 par rapport à l’INR0 n’ont pas été statistiquement significatives, respectivement de +0,46, +0,34, +0,28, +0,30. Chez les jeûneurs, parmi les trois TIT, seul le TIT2 a significativement diminué par rapport au TIT0 (respectivement 50,3 ± 37,4 contre 63,6 ± 39,3%, p=0,004). Les valeurs des TIT1 à 3 ont été similaires entre les deux groupes de jeûneurs et non jeûneurs.

Conclusion : Les modifications de l’équilibre de l’anticoagulation, jugées par les TIT, ont été similaires entre les patients jeûneurs et non jeûneurs recevant l’Acenocoumarol.

 

Mots Clés
Article
Espace membre
E-mail :
Mot passe :
Mémoriser Mot de passe oublié S'inscrire
Archives
2019
Janvier
Février
Mars
Avril
Mai
Juin
Juillet
Août
Septembre
Octobre
Novembre
Décembre
Mots-clés
Enfant traitement pronostic Chirurgie diagnostic Tunisie Maladie de crohn Cancer du sein Cancer dépistage Coelioscopie Immunohistochimie prévention échographie Mortalité
Newsletter
S'inscrire pour recevoir les newsletters
E-mail :
Partagez
Rejoignez-nous !