La tunisie Medicale - 2016 ; Vol 94 ( n°08 ) : 575
[ Vu 418 fois ]
Article

Introduction : La cholécystectomie par cœlioscopie est devenu depuis 1987 le gold standard du traitement de la lithiase vésiculaire symptomatique, depuis la fréquence des lésions iatrogènes des voies biliaires a doublé.
Objectif : Décrire les circonstances de découverte de cette complication et évaluer les  modalités de  sa prise en charge.
Méthodes : Il s’agit d’une analyse rétrospective sur dossiers de patients hospitalisés au service de chirurgie générale de l’hôpital Habib Thameur entre Janvier 2000 et mai 2015.
Résultats : Trente patients ont été pris en charge  (24 femmes et 6 hommes) d’un âge moyen de 50 ans (extrêmes 31 ans et 80 ans). Vingt sept patients nous ont été transférés de structures médicales extérieures (hôpitaux régionaux) et trois patients avaient été opérés initialement dans notre service. Quinze  patients seulement ont été abordés initialement par voie coelioscopique. L’indication opératoire la plus fréquente était une cholécystite aigue (n=16). La plaie latérale de la voie biliaire principale a été le type de lésion le plus fréquent (n=16). Dans huit cas, la lésion a été découverte en per opératoire : une réparation primaire chez tous les patients a été réalisé; six  patients ont nécessité ultérieurement une dérivation bilio-digestive pour  sténose biliaire (durée moyenne de 120 jours).                                          
Dans treize cas, la lésion a été découverte dans un délai moyen de 9.7 jours : la traduction clinique était une péritonite biliaire ; il a été réalisé une réparation primaire chez neuf patients ; deux parmi eux ont nécessité ultérieurement une anastomose hépatico-jéjunale et un patient a eu la mise en place d’une prothèse biliaire. Quatre patients ont nécessité une anastomose hépatico-jéjunale d’emblée. Chez neuf malades la découverte de la lésion a été tardive (90 jours) ; six ont nécessité une dérivation bilio-digestive, trois patients ont eu une prothèse dont un a nécessité une anastomose hépatico- jéjunale ultérieurement.
Parmi ces trente malades un patient a évolue vers la cirrhose biliaire secondaire.
Conclusion : Les plaies biliaires restent un sujet d’actualité par leur gravité et par l’augmentation de leur fréquence avec l’avènement de la chirurgie laparoscopique. La diminution de leurs lourdes conséquences cliniques et économiques ne peut être obtenue que par le respect des règles techniques de cholécystectomie, la conversion en laparotomie en cas de difficulté de dissection lors de la coeliochirurgie et la réparation dans les plus brefs délais si nécessaire dans un centre spécialisé.

Espace membre
E-mail :
Mot passe :
Mémoriser Mot de passe oublié S'inscrire
Archives
2017
Janvier
Février
Mars
Avril
Mai
Juin
Juillet
Août
Septembre
Octobre
Novembre
Décembre
Mots-clés
Enfant traitement Chirurgie diagnostic Maladie de crohn Tunisie pronostic Cancer dépistage Cancer du sein Coelioscopie mammographie Ostéoporose Sein tuberculose
Newsletter
S'inscrire pour recevoir les newsletters
E-mail :
Partagez
Rejoignez-nous !